Combattre le terrorisme démocratiquement

Les attentats de Londres et de la Turquie ont propulsé sur le devant de la scène les vieilles idées selon lesquelles les régimes autoritaires sont mieux équipés que les démocraties pour lutter contre le terrorisme et que de telles attaques sont le prix à payer pour notre liberté. Pour certains, c’est un prix qui vaut d’être payé, pour d’autres, ces coûts sont trop élevés.

Pourtant, historiquement, les démocraties possèdent un arsenal bien plus efficace pour combattre la terreur que celui des régimes autoritaires. En effet, c’est au moment où les démocraties abandonnent leur éthique et cessent de résister à la tentation autoritaire qu’elles deviennent vulnérables. 

La logique derrière ces appels à la restriction de nos libertés répond évidemment à un besoin simpliste : les extrémistes utilisent notre liberté pour commettre leurs crimes, aussi prévenir l’abus de cette liberté requiert de mettre des limites à la portée de cette liberté. L’erreur, cependant, est de considérer que les sociétés ouvertes sont plus permissives et vulnérables au terrorisme que celles des régimes autoritaires. Il suffit d’examiner la situation en Russie aujourd’hui ou de se remémorer l’Algérie des années 1990.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/0P1Dng0/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.