0

Combattre le terrorisme parmi les religieux

Les flammes des islamistes fondamentalistes ne se limitent pas au Moyen-Orient ou à l'Asie centrale. L'Indonésie fait de plus en plus la une des journaux du fait de son importante population musulmane, la montée de la rhétorique fondamentaliste et ses prétendues connexions avec le terrorisme international. L'émergence de groupes d'autodéfense musulmans et violents utilisant la rhétorique de la jihad et mobilisant leurs membres pour la jihad est l'un des nouveaux phénomènes les plus remarquables de l'islam indonésien.

L'explosion qui a secoué Kouta, à Bali, vers minuit, le 12 octobre dernier a profondément affecté presque tous les aspects de la vie indonésienne. Après des années de rejet officiel, cet horrible incident a déclenché une prise de conscience sur l'existence du terrorisme en Indonésie et les fanatiques locaux en cheville avec les réseaux terroristes internationaux.

Rapidement après la mise à jour de la conspiration de l'attentat de Bali, des explosions précédentes ayant secoué divers endroits dans le pays furent réexaminées. Elles n'étaient pas toutes connectées avec certitude mais la reprise des enquêtes a révélé des liens entre un certain nombre de groupes terroristes disparates. Les exécutants de ces explosions sont maintenant perçus comme appartenant à des organisations islamistes extrémistes amies.

Récemment, l'ICG (Groupe de crise internationale), une organisation non gouvernementale basée à Bruxelles, a mis en lumière les liens entre les radicaux islamistes d'Indonésie et le terrorisme international. Un document, "Al-Qaeda In Southeast Asia: The Case Of The "Ngruki Network" (« Al Quaïda dans le sud-est asiatique : le réseau Ngruki »), est un passage en revue exhaustif de données fiables tirées du domaine public qui identifient une poignée d'individus ayant des liens probables directs et indirects avec Al Quaïda.