Les mythes dangereux autour du cancer

GENEVE – Cette année, la Journée Mondiale contre le Cancer veut démonter les mythes préjudiciables qui circulent sur la maladie. Le thème – illustré par la question « Cancer – Vous saviez ? » – est l’occasion de réfléchir aux réelles conséquences du cancer et d’améliorer la prévention à l’échelle mondiale ainsi que les efforts concernant les traitements.

Un des mythes les plus tenaces est que le cancer serait principalement un problème des pays développés. Il est vrai que le cancer est prédominant dans les pays riches, mais les populations des pays les plus pauvres ont une durée de vie moins longue lorsqu’ils sont atteints de cette maladie. Les avancées médicales et les évolutions technologiques ont permis aux malades du cancer dans les pays à hauts revenus de vivre plus longtemps – au point même que certaines formes de cancer sont effectivement devenues des maladies chroniques – mais les malades des pays à faibles revenus continuent de mourir jeune.

Une situation injuste mais aussi profondément tragique. Si l’on est parvenu à déjouer des tueurs comme le paludisme ou le sida, on ne devrait pas mourir prématurément d’un cancer – surtout une forme de cancer qui aurait pu être soignée avec quelque chose d’aussi simple et abordable qu’un vaccin.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/nN18aI9/fr;