Phobie financière

Le système financier fait de plus en plus peur. On retrouve partout la même méfiance à l'égard de gens grassement payés qui travaillent derrière l'écran d'un ordinateur en faisant quelque chose qui ne semble pas un travail productif. Les bureaucrates sont mieux payés que les gens qui produisent, les spéculateurs gagnent davantage que les dirigeants, les commerçants davantage que les entrepreneurs, les arbitragistes en bourse davantage que les investisseurs, les malins davantage que les besogneux, et par-dessus tout, les marchés financiers sont plus puissants que les Etats.

Le sens commun laisse à penser que cette situation est injuste. Ainsi que le disait Franklin D. Roosevelt, "les financiers ont abandonné leurs sièges dans le temple de notre civilisation. Nous devons maintenant y faire revenir les anciennes vérités", à savoir que créer, croître, gérer et inventer doit être davantage honoré et récompensé que les opérations financières.

Certes, on peut se méfier du système financier moderne. Son échelle même donne le vertige, avec cette année plus de 4000 milliards de dollars brassés dans des opérations de fusion-acquisition, avec des actifs financiers négociables et (théoriquement) liquides, qui attendront 160 000 milliards de dollars à la fin de l'année, tout cela dans un monde dont le PIB annuel est de l'ordre de 50 000 milliards.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/NjIy8bQ/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.