1

Le haussement d’épaules à 4,3 milliards de dollars

LONDRES – En novembre, la Financial Conduct Authority (FCA) du Royaume-Uni a annoncé un règlement dans lequel six banques seraient condamnées à une amende totale de 4,3 milliards de dollars pour avoir manipulé le marché des changes. Et pourtant, le prix de leurs actions a à peine réagi. Pourquoi?

Les pratiques néfastes et les erreurs de gestion découvertes au cours de l'enquête d'un an qui a conduit aux amendes étaient choquantes. Des échanges d’e-mail et de conversations semi-analphabètes entre traders véreux ont révélé des conspirations d'airain pour truquer le taux de change "fix" de l'après-midi, dans le but d’engranger des profits et des gains personnels. Les cadres supérieurs étaient tellement désengagés qu'ils permettaient à leurs employés de se comporter comme des enfants vulgaires et trop payés. Utilisant des surnoms comme « Les Trois Mousquetaires » et « The A-Team », ils faisaient tout ce qu'ils voulaient, imposant un coût énorme pour leurs institutions.

Cependant, malgré l'énorme amende de la FCA, aucun haut dirigeant n’a été contraint de démissionner et les investisseurs se sont contentés d’un vague haussement d'épaules. Une des raisons, bien sûr, est que le règlement était attendu ; seuls les détails des infractions et l’ordre de grandeur des amendes étaient nouveaux.

La raison la plus importante, cependant, est que même 4,3 milliards de dollars ne sont que peu de choses par rapport au total des amendes et des frais juridiques encourus par les grandes banques au cours des cinq dernières années. Les analystes de Morgan Stanley estiment que les 22 plus grandes banques des États-Unis et en Europe ont été contraintes de payer 230 milliards de dollars depuis 2009 – plus de 50 fois le coût du règlement de la FCA. Ceci indépendamment des lourdes pertes que les banques ont essuyées à cause de leurs mauvaises pratiques de crédit et leur ingénierie financière trop ambitieuse.