Paul Lachine

Le congrès de Fatah : status quo

HERZLIYA – Le sixième congrès de Fatah qui s’est récemment tenu à Bethléem fut un évènement important pour l’avenir du conflit israélo-arabe et pour le mouvement palestinien. Mais une observation détaillée des résultats du vote du congrès pour l’élection de son Comité central donne une image très différente de celle esquissée dans leurs conclusions par la plupart des observateurs.

Le congrès semblait vouloir démontrer trois points distincts : le Fatah a adopté une démarche de paix avec Israël, il a adopté des procédures démocratiques, et la relève est assurée par une nouvelle génération, un groupe particulier appelé la Jeune Garde. Mais ces interprétations sont en grande partie fausses.

Pour ce qui est de la paix, le nouveau comité central est dans l’ensemble identique au précédent. Des 18 membres élus (le chef de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas doit en nommer 4 autres ultérieurement), seuls deux membres sont réellement modérés (Nabil Shaath et Muhammad Shtayyeh). Quatre d’entre eux sont partisans de la ligne dure du mouvement (Muhammad al-Ghuneim, Salim al-Zanoun, Abbas Zaki, et Nasser Kidra) et la plupart des autres membres suivent la ligne traditionnelle du Fatah.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/0AGbxwF/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.