News reporters with cameras Will Russell/Getty Images

Rendre sa grandeur au journalisme

OXFORD – Dans le débat sur l'avenir du journalisme, les « fausses nouvelles » occupent le devant de la scène, avec histoires mettant en vedette les rodomontades d'un président américain, « les bots » de communication russe, sans oublier les trahisons et les subterfuges pour capter l'attention du public. Mais à l'ère de la baisse des bénéfices et du rétrécissement des auditoires, les fausses nouvelles sont-elles vraiment la plus grande menace à laquelle soient confrontés les médias traditionnels ?

Dans un environnement d'informations de plus en plus enclin à l'hyperventilation, il peut être difficile de séparer le fait du contenu préfabriqué ou délibérément biaisé partagé sur les médias sociaux. La prolifération des « bots » – des programmes d'ordinateur qui propagent automatiquement la désinformation – brouille encore davantage ces frontières. Alors que les méthodes de manipulation se multiplient, le problème ne risque que de s'aggraver.

Pourtant l'accent quasi constant mis sur les fausses nouvelles distrait de nombreuses personnes de ce secteur de plus graves défis à l'encontre du journalisme professionnel. L'érosion des modèles d'affaires et la dépendance croissante envers des distributeurs numériques tiers – comme Facebook et Google – ont menotté les organismes de presse et ont profondément réduit leurs résultats. Pire, les audiences n'ont plus confiance en les informations qui leur sont présentées. Ceci suggère que le problème est plus large que celui des fausses nouvelles.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

Log in

http://prosyn.org/YpjPEkE/fr;

Handpicked to read next