Mark Zuckerberg testifies before the House Energy and Commerce Committee Chip Somodevilla/Getty Images

Facebook face à ses responsabilités

LONDRES – Lorsque Facebook a été introduit en bourse, en mai 2012, ses capacités de gouvernance et l’efficacité de celle-ci posaient déjà problème. Après six années passées à toute vitesse, Facebook a accumulé un pouvoir, un nombre d’usagers et une influence énormes – et, à bien des égards, montré que les sceptiques avaient raison. 

Ceux-ci n’étaient pas une minorité négligeable. Bien au contraire. Investisseurs et observateurs s’accordaient plutôt à penser que l’entreprise était trop grosse, avec un potentiel de croissance trop élevé, et loin d’avoir la capacité de protéger correctement les données personnelles des millions d’utilisateurs de la plateforme.

Comme je l’ai à l’époque fait remarquer : « Facebook avance contre le courant d’un mouvement mondial privilégiant la transparence, la responsabilité et les procédures de contrôle. C’est un peu comme si nous avions tous embarqué dans une machine à voyager dans le temps et qu’aucune des leçons de gouvernance de ces dernières années – y compris celles enseignées par la crise du secteur bancaire – n’avait été retenue. »

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/AeYknpv/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.