Palmyra Louai Beshara/Getty Images

La politique de l’historidice

NEW YORK – Dans l’actuelle tourmente planétaire, le Moyen-Orient connaît une détresse sans égal. L’ordre issu de la Première guerre mondiale se désintègre actuellement dans la majeure partie de la région. Les populations de Syrie, d’Irak, du Yémen et de Lybie en payent lourdement le prix.

Le présent et l’avenir de la région ne sont néanmoins pas les seules victimes de la situation. Les violences d’aujourd’hui martyrisent également son passé.

L’État islamique (EI) est précisément déterminé à détruire tout ce qui n’apparaît pas suffisamment islamique à ses yeux. L’exemple le plus tragique n’est autre que le temple de Bêl situé à Palmyre, en Syrie, autrefois majestueux. À l’heure où j’écris ces lignes, la ville nord-irakienne de Mossoul sera bientôt libérée, après deux années de règne de l’EI ; mais trop tard pour voir sauvées les nombreuses sculptures d’ores et déjà détruites, les bibliothèques incendiées, et autre tombeaux pillés.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/GeATQRu/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.