0

Exorcisons les derniers fantômes des Balkans !

Les prochaines semaines verront d'une manière ou d'une autre la résolution des derniers problèmes territoriaux non résolus des Balkans. Avec ses interventions en Bosnie en 1995 et au Kosovo en 1999, l'OTAN a mis fin aux guerres qui ont déchiré la région dans les années 1990.

Malgré le retour à la paix, des questions importantes restent en suspens. La Bosnie a été divisée entre une Fédération croate-musulmane et une République serbe, avec bien peu d'autorité laissée au gouvernement central et une importante présence internationale, militaire et finalement civile, nécessaire à la survie de cet ensemble. Le Kosovo a été laissé sous protectorat des Nations unies et son statut final est encore incertain.

Ces problèmes reviennent maintenant sur le devant de la scène. Avec l'incitation du gouvernement serbe, les dirigeants serbes de Bosnie envisagent une sécession, bien que les responsables musulmans essayent d'accroître le rôle du gouvernement central. Et au Kosovo, la population albanaise réclame l'indépendance, tandis que la Serbie essaye de s'y opposer en faisant obstacle à une décision du Conseil de sécurité.

Le risque d'une nouvelle flambée de violence est bien réel, même si elle n'atteint pas l'ampleur qu'elle a eue dans les années 1990. Si les négociations sur le statut du Kosovo échouent, les extrémistes albanais chercheront à expulser les quelques 100 000 Serbes qui y vivent. De même, toute tentative de sécession par la République serbe pourrait générer des troubles.