0

Sortir du Labyrinthe au Moyen-Orient

BERLIN – Deux années ont passées depuis l’élection à la présidence américaine de Barack Obama. Tout à son crédit – et contrairement à son dernier prédécesseur – Obama a ouvré dès son premier jour en poste pour une résolution du conflit entre les Israéliens et les Palestiniens.

Après deux ans, la nouvelle politique de Barack Obama n’a-t-elle autre chose de mieux à proposer que de bonnes intentions ? Car rien de bien extraordinaire n’en a résulté. Pire encore, compte tenu du fait que les efforts d’Obama pour imposer un moratoire sur les nouvelles colonisations en Cisjordanie ont échoué, les négociations directes entre les acteurs du conflit ont échoué.

Les bonnes intentions ne valent grand chose dans la vie – et encore moins en politique. Ce qui compte avant tout, ce sont les résultats.

Le président George W. Bush estimait qu’il n’avait besoin de tenir compte que d’une part du double rôle de l’Amérique au Moyen-Orient, c’est-à-dire l’alliance avec Israël. Au cours de ses huit années à la présidence, il n’a pas eu de temps pour le second aspect du rôle américain, celui de médiateur essentiel de la paix entre Israéliens et Palestiniens. Toutes ses initiatives n’ont été destinées qu’à calmer l’opinion publique mondiale. Nous savons tous où cela a mené.