Evo Morales, ou le populisme comme paradoxe

LA PAZ – Le président Evo Morales a réussi à changer la Constitution bolivienne et à se faire réélire. Sa majorité parlementaire l’a habilité, récemment, à pourvoir des postes judiciaires vacants, une toute-puissance dont aucun des présidents de l’histoire contemporaine de la Bolivie n’avait bénéficié avant lui.

Pour ses adversaires, cette façon de concentrer le pouvoir entre ses mains et de réduire les institutions gouvernementales à de simples formalités évoque le caudillisme. Mais l’immense popularité dont il jouit depuis plus de cinq ans donne à penser que la plupart des Boliviens ne semblent pas partager cette inquiétude sur le respect de la démocratie.

La réussite de Morales repose en grande partie sur un paradoxe. Il se prétend l’adversaire du libéralisme économique, mais il est le produit des libertés politiques garanties par ce même libéralisme, et il tire parti des bénéfices que lui offre l’économie de marché.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/13IYAeX/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.