0

Même le shérif fait respecter la loi

Depuis quelque temps, l'Amérique semble résolue à renoncer à l'instrument d'organisation fondamental des relations entre les états - traités internationaux et les institutions qui les surveillent. Le traité sur les missiles antibalistiques conclu avec l'ancienne Union Soviétique et interdisant la défense antimissile a été annulé. Un protocole visant à surveiller la prohibition de la production d'armes biologiques a été rejeté. Le protocole de Kyoto sur les changements climatiques a été déclaré inacceptable par les Etats-Unis. Le traité d'interdiction des essais nucléaires, négocié avec la participation massive des Etats-Unis, a été écarté. Le projet d'une cour de justice internationale est tourné en ridicule et n'est pas apprécié.

En effet, lorsque la Russie a exigé que les restrictions convenues sur les charges nucléaires stratégiques soient définies dans un document engageant Moscou et Washington, les Etats-Unis refusèrent, préférant se contenter d'une vague déclaration de principe. Les conventions internationales, déclara l'administration Bush, conviennent sans doute pour les puissances moins importantes, mais elles constituent une restriction inacceptable à la liberté d'action de la seule superpuissance mondiale.

Ce n'est pas seulement la volonté durable de l'Amérique d'utiliser sa puissance unique de façon généralement profitable à la stabilité internationale qui doit faire craindre sa tendance à conclure, pas plus que l'autre phénomène familier selon lequel les administrations américaines tendent à commencer par l'idéologie avant d'arriver au pragmatisme. Nous n'assistons pas à une révision copernicienne des orbites de la diplomatie mondiale car bien qu'un monde sans traité ni institution frapperait bien davantage la plupart des autres pays, il frapperait également les puissants Etats-Unis.

L'expérience de Guantanamo sur le mode de traitement des combattants talibans et d'Al-Qaida illustre parfaitement ce propos. Dans le passé, la convention de Genève préconisait comment traiter les prisonniers de guerre réguliers et les membres de forces militaires irrégulières une fois arrêtés : ils ne doivent pas être traités comme des criminels.