blanchard15_PHILIPPEHUGUENAFPGettyImages_eurobanknotesbyEUflag Philippe Huguen/AFP/Getty Images

L’Europe doit revoir ses règles budgétaires

TRENTE – Plus tôt dans l’année, j’ai fait valoir qu’au sein des pays présentant des taux d’intérêt bas et une dette publique considérée comme sûre par les investisseurs – la dette étant alors moins coûteuse d’un point de vue à la fois budgétaire et économique – des déficits budgétaires plus importants pouvaient s’avérer nécessaires afin de compenser les restrictions de la politique monétaires. La zone euro a désormais atteint ce stade.

Après la crise financière de 2008 et la crise de l’euro survenue par la suite, la politique monétaire a joué un rôle crucial dans la stabilisation et la redynamisation de la zone euro. Pragmatisme, créativité et flair politique ont été nécessaires de la part du président de la Banque centrale européenne Mario Draghi pour accomplir cet exploit. Pour autant, et bien que la politique monétaire n’ait pas encore atteint ses limites, nul ne saurait espérer d’elle qu’elle joue à nouveau le même rôle.

Par opposition, la politique budgétaire, autre composante clé d’une saine gestion macroéconomique keynésienne, n’a pas été suffisamment utilisée en tant qu’outil cyclique, avec pour résultat une production de la zone euro encore en dessous de son niveau potentiel. Il y a là un problème urgent, qui ne pourra être résolu par aucun État à lui seul, tant ce problème exige une réponse concertée de la part de la zone euro. Mais si la nécessité d’un budget commun de la zone euro dans lequel il serait possible de puiser des dépenses supplémentaires est aujourd’hui plus pressante que jamais auparavant, cette démarche impliquerait un partage des risques entre les États membres, ce qui constitue une problématique politiquement difficile.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/zMF3KMsfr