L’audace de la zone euro et le FMI

LONDRES – Les décideurs et les hommes politiques de la zone euro ne doutent de rien : ils ont contribué leur part pour soutenir les membres de l’union monétaire en difficulté en accroissant le montant de son fonds d’urgence, le Mécanisme européen de stabilité (MES). Il est temps maintenant pour le reste du monde – c’est-à-dire le Fonds Monétaire International – de réagir et de rajouter au pot, et les ministres européens des Finances font valoir leur cause auprès du FMI et de la Banque Mondiale, actuellement en réunion à Washington.

En d’autres termes, les responsables européens considèrent qu’il est normal que le FMI soutienne la zone euro, comme s’il s’agissait là d’une forme de devoir de la part du reste du monde. En réalité, même si les gouvernements de la zone euro parvenaient à se mettre d’accord sur une augmentation bien plus importante du MSE, d’impérieuses raisons justifient que le FMI s’abstienne d’offrir un soutien supplémentaire.    

Les dirigeants européens ne parviennent pas à se décider sur la nature de la zone euro, entre fédération comparable à celle des Etats-Unis, ou groupe d’états indépendants. Ils comparent souvent favorablement la zone euro à d’autres économies développées.

To continue reading, register now.

As a registered user, you can enjoy more PS content every month – for free.

Register

or

Subscribe now for unlimited access to everything PS has to offer.

https://prosyn.org/bQkvZyQfr