Ben Pruchnie/Getty Image

Une Europe des citoyens

MADRID – Le mois dernier a de nouveau été cruel pour l’Europe, avec en point culminant les terribles attentats terroristes de Bruxelles le 22 mars. Ces événements ont donné lieu à un nouvel examen de conscience, les Européens se livrant à une profonde réflexion autour des échecs institutionnels et de l’incompétence pure et simple de l’Union européenne, sans parler du défi existentiel auquel est actuellement confrontée l’Union.

Les considérations de ce type semblent aujourd’hui survenir fréquemment, à l’heure où l’Europe connaît une séquence semble-t-il interminable de situations d’urgence, allant de la crise grecque à l’afflux de réfugiés. Et pourtant, la suffisance demeure bel et bien à l’ordre du jour, les dirigeants de l’UE adoptant une mentalité de réponse aux crises, consistant à privilégier la réaction sur l’action, approche qui ne cesse de perpétuer le cycle de déstabilisation.

Le fait que les crises soient devenues la nouvelle norme au sein de l’UE vient renforcer l’idée, d’ores et déjà omniprésente parmi les europhiles et les eurocrates, selon laquelle nous allons tout simplement devoir continuer de faire au mieux. Or, il s’agit d’une approche à la fois mal avisée et périlleuse.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/NvusRL1/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.