20

L'avenir de l'Europe : la démocratie ou la désintégration

BERLIN – L'Europeva se démocratiser ou se désintégrer ! Cette devise est bien plus que celle du manifeste du Mouvement pour la démocratie en Europe – DiEM25, le mouvement que j'ai contribué à lancer à Berlin. Elle énonce un simple fait dont on n'a pas toujours pleinement conscience.

La désintégration de l'Europe est en cours. De nouvelles fractures apparaissent de tous les cotés : le long des frontières, à l'intérieur de nos sociétés, dans nos économies et dans l'esprit des citoyens européens.

Cet éclatement est devenu cruellement évident lors du dernier épisode de la crise des réfugiés. Les dirigeants européens ont appelé le président turc Erdogan à ouvrir ses frontières aux réfugiés d'Alep, l'une des villes de Syrie déchirées par la guerre. Et dans le même mouvement ils ont critiqué la Grèce pour laisser ces réfugiés entrer en territoire "européen", allant jusqu'à menacer de dresser une clôture le long de la frontière grecque avec le reste de l'Europe.

On observe la même désintégration dans le domaine financier. Si un Américain gagnait le gros lot, il n'attacherait aucune importance au fait de déposer son gain dans une banque du Nevada ou à New-York. Ce ne serait pas le cas dans la zone euro. La valeur "attendue" d'une même somme en euro varie beaucoup selon qu'elle est sur un compte au Portugal, en Italie, en Grèce, en Hollande ou en Allemagne, parce que les banques des Etats les plus faibles dépendent pour leur survie des plans de secours de pays qui sont déjà en difficulté financière. C'est le signe évident de la désintégration de la monnaie unique.