16

La nouvelle stratégie audacieuse de l’UE

BRUXELLES – Lorsque les difficultés s’accumulent, comme c’est aujourd’hui le cas en Europe – une tentative de coup d’État en Turquie venant tout juste de succéder à la décision du Royaume-Uni de quitter l’Union européenne – l’attention a souvent tendance à se concentrer sur la plus récente des problématiques. Les difficultés antérieures, qui apparaissent alors moins urgentes, se trouvent ainsi reléguées au second plan. Or, depuis de nombreuses années, nous autres Européens constatons le résultat d’une telle situation : au bout du compte, aucune des problématiques ne semble trouver de solution.

La question du coup d’État en Turquie semble désormais se résoudre d’elle-même, bien que nul ne sache quelles en seront les implications à long terme au sein de ce pays d’importance cruciale. Le Brexit constitue quant à lui incontestablement un véritable coup dur pour le projet européen. L’un des États membres de l’Union a regrettablement choisi de suivre son propre chemin. Ceci ne doit pas pour autant conduire l’UE à la situation la plus dommageable de toutes : la paralysie.

Les nombreuses difficultés qu’il appartient encore à l’Union de résoudre ne disparaîtront pas du simple fait de l’écoulement du temps. Et l’une de ses problématiques les plus urgentes n’est autre que la sécurité de l’Europe : chaque jour qui passe sans que ne soit élaborée une action conjointe constitue une nouvelle opportunité manquée, et fait naître un risque d’autant plus important.

La résolution efficace de telles difficultés, en lieu et place d’une glissade dans le piège de l’immédiateté, exige d’adhérer à des stratégies mutuellement convenues. En identifiant les défis, en fixant des objectifs à long terme, et en élaborant une action collective en direction de ces objectifs, les stratégies confèrent un cadre aux initiatives destinées à résoudre les difficultés de manière plus prévoyante et plus cohérente.