Une Europe sans la Turquie

AMSTERDAM – La plupart des citoyens européens (plus de 60% en France et en Allemagne, par exemple) s’opposent à l’intégration de la Turquie à l’Union Européenne. Il y a plusieurs raisons à cela – certaines valables, certaines fondées sur des préjugés : la Turquie est trop grande ; les travailleurs migrants turcs pourraient envahir les autres membres ; la Turquie a un palmarès plutôt fragile en matière de droits de l’homme ; la Turquie oppresse les Kurdes ; la Turquie n’a pas résolu ses problèmes avec la Grèce et Chypre.

Mais la principale raison est surtout que la Turquie, pays à majorité musulmane, gouverné par un parti musulman, est considérée comme trop étranger. Ainsi que l’avait exprimé l’ancien président français Valéry Giscard d’Estaing, l’un des auteurs de la Constitution, « la Turquie n’est pas un pays européen. »

Une idée difficile à accepter pour les membres de l’élite laïque occidentalisée turque qui ont des années durant, si non plus, tenté de convaincre de leur sincérité européenne. Comme me l’a récemment exprimé un Turc très cultivé travaillant pour une organisation internationale : « Nous jouons au football avec eux, nous chantons avec eux à la télévision, nous faisons affaire avec eux, avons amélioré nos droits humains et démocratisé notre action politique. Nous faisons tout ce qu’ils nous demandent de faire, et ils ne veulent toujours pas de nous. »

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/xGbVMAx/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.