Paul Lachine

Une année d’indécision en Europe

NEW YORK – La situation économique désastreuse dans laquelle la plupart des pays riches se sont trouvés en 2011 n’a pas seulement été le résultat de forces économiques impersonnelles, mais tout autant le fruit des politiques menées ou non par les dirigeants de la planète. En effet, la remarquable unanimité observée pendant la première phase de la crise économique apparue en 2008, et dont la mise en place du plan de sauvetage de 1 000 milliards de dollars lors de Sommet du G-20 de Londres en 2009 a constitué l’apogée, s’est rapidement dispersée.

Désormais, querelles bureaucratiques et idées fausses dominent.

Plus grave encore, les désaccords politiques se jouent plus ou moins le long des frontières nationales. Le centre du conservatisme fiscal se situe en Allemagne, tandis que les pays anglo-saxons sont toujours adeptes de la pensée de John Maynard Keynes. Cette dissonance complique énormément les choses, tant il est vrai qu’une coopération internationale étroite est indispensable à la correction des déséquilibres mondiaux à l’origine de la crise.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/bF1uzjU/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.