L’Ukraine : pilier de l’Europe

BERLIN – La révolution, paraît-il, dévore presque toujours ses enfants. Cette citation est bien évidement valable pour les « révolutions de couleur » – de Géorgie tout d’abord et d’Ukraine aujourd’hui – où le président sortant Viktor Iouchtchenko, héros de la « révolution orange » en 2004, a été éliminé au premier tour des élections présidentielles il y a peu, avec moins de 6 % des voix.

A ce stade, le printemps de liberté qui régnait sur l’Ukraine s’était déjà détérioré, son épanouissement atteignant le point mort, pour cause d’incompétence et de corruption mêlées, signes d’un fort désir de changement. Quel que soit le candidat élu au prochain scrutin – le Premier ministre actuel Ioulia Timochenko ou Viktor Ianoukovitch – la révolution orange ne sera plus.

Il convient donc de se pencher sur l’espérance mirifique qui régnait nuit et jour Place de l'Indépendance dans le centre de Kiev il y a quelques années et sur l’espoir lié à la victoire électorale de Iouchtchenko. C’était la victoire de la démocratie et de l’indépendance sur la fraude électorale et le pouvoir nu.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/6OJfktt/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.