Mark Weber

La crise de la soixantaine ?

JÉRUSALEM – « L’Europe est d’un ennui total ; Dieu merci, pour vous comme pour nous, » me confiait ce jour-là mon interlocuteur. « Aujourd’hui, les drames se jouent au Moyen-Orient, la croissance est à l’heure asiatique, l’espoir est en Afrique, et la proximité se noue entre États-Unis et Amérique latine. L’Europe ne figure nulle part dans ce tableau – elle est devenue le continent de l’oubli. »

Des remarques bien évidemment empreintes d’un soupçon de provocation et de beaucoup d’ironie. Il y a quelques années, ce porte-parole exerçait des fonctions importantes au sein de la diplomatie américaine ; il est aujourd’hui l’une des personnalités clés de l’establishment new-yorkais. Cette provocation de sa part illustre par ailleurs une triste réalité, qu’il appartient aux Européens d’accepter et d’appréhender : l’Europe n’intéresse guère plus l’Amérique.

L’élargissement de l’Union européenne depuis 2004 a pourtant fait suite à l’expansion de l’OTAN vers l’Est. Une donnée qui ne fait portant pas grande différence ; après tout, l’Amérique ne perd-elle pas également tout intérêt dans l’OTAN, qui n’a livré qu’une prestation peu convaincante en Lybie, et s’est piètrement illustrée en Afghanistan.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/rikjKeB/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.