La crise de la souveraineté en Europe

BERLIN - La Chancelière allemande Angela Merkel a finalement accepté une nouvelle forme de l'Union européenne. Plus que jamais, l'UE doit combiner une plus grande stabilité, des transferts financiers et une solidarité mutuelle, s'il faut empêcher l'effondrement de  l'ensemble du projet européen sous le poids de la crise persistante de la dette souveraine.

Pendant longtemps, Mme Merkel a combattu bec et ongles cette nouvelle UE, car elle sait à quel point cette dernière est impopulaire en Allemagne - et donc combien politiquement dangereuse, quant à ses perspectives électorales. Elle voulait défendre l'euro, mais sans en payer le prix. Ce rêve touche à sa fin, grâce aux marchés financiers.

Les marchés ont lancé un ultimatum à l'Europe : soit embrasser une intégration plus économique et financière sur une base fédérale, soit faire face à l'effondrement de l'euro et donc de l'UE, et notamment du Marché Commun. Au dernier moment, Mme Merkel a choisi l'option raisonnable.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/dBa37wl/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.