La majorité silencieuse pour le traité de l’Europe

Lors du futur sommet de l’Union européenne, le débat tournera autour de l’éventualité d’un “mini” traité constitutionnel européen. Ce débat est la conséquence du rejet de 2005 du projet de constitution européenne par les électeurs français et néerlandais. Mais ces votes “non” ont occulté le fait que 18 des 27 États membres de l’UE ont ratifié le traité. Les électeurs du Luxembourg, par exemple, l’ont approuvé par une majorité de 56,5 % immédiatement après les votes négatifs des Français et des Néerlandais. Avec deux tiers des États membres et une majorité des citoyens européens soutenant le traité, on ne peut l’abandonner purement et simplement.

D’un autre côté, il est impossible d’ignorer les voix françaises et néerlandaises – d’autant qu’il est inimaginable qu’un texte identique soit soumis à un deuxième référendum dans aucun des deux pays. Étant donné que les 27 pays doivent ratifier ce traité, il semble évident qu’il ne peut entrer en vigueur dans sa forme actuelle, et que les pays du “oui” ne peuvent le présenter sans le modifier.

Mais il est tout aussi impossible de repartir de zéro. Nous devons donc réconcilier les pays “oui” et “non” si nous voulons surmonter la crise dans laquelle l’Europe est plongée. Et il nous faut le faire rapidement si l’UE veut être à la hauteur des attentes de ses citoyens.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/3d0ZoZX/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.