La question russe et l'Europe

BRUXELLES – Ami ou ennemi ou peut-être quelque chose entre les deux ? C'est la question que l'Europe se pose au sujet de la Russie, et la Russie au sujet d'une Europe devenue agressive. Le choix par Poutine de Dimitri Medvedev à titre de successeur à la présidence éclaire cette question d'une lumière encore plus crue, car c'est le président de Gazprom, la compagnie de gaz qui a de plus en plus la mainmise sur l'approvisionnement énergétique de l'Europe.

Les relations entre l'Europe et la Russie se détériorent depuis quelques années, mais les problèmes économiques que l'on parvenait à traiter, notamment celui de l'énergie, deviennent bien plus problématiques en raison de différents politiques bien plus volatiles. Risque d'apparaître un climat de franche hostilité, à un coût potentiellement bien supérieur  à ce que l'on a pu voir à l'apogée de la Guerre froide.

Cela pourrait se cristalliser autour de la situation du Kosovo, signe annonciateur d'une crise imminente. Il est probable que dès le début de l'année prochaine, la plupart des pays de l'UE reconnaîtront l'indépendance de cette enclave à majorité albanaise au sud de la Serbie, ce qui mettra le feu aux poudres, non seulement en Serbie, mais aussi au Kremlin.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/zzMKEDP/fr;