0

Les écoles racistes d’Europe

Je suis ce que beaucoup appellent un Gitan. Je préfère le terme Rom. Nous sommes plus de 10 millions en Europe. La grande majorité d’entre nous vit dans des conditions dignes du Tiers Monde : sans accès à un logement décent, à la santé et à l’éducation.

Je suis né dans une ville provinciale de Bulgarie à la fin des années 1960, à l’époque où, à l’instar du reste de l’Europe de l’Est, le pays était sous la férule des communistes. Le Parti ne reconnaissant pas de minorité ethnique, officiellement nous étions tous égaux. Nous l’étions même tellement que le gouvernement donna à nombre d’entre nous des noms bulgares. Un jour, alors que j’étais un adolescent appelé Husni, mon prénom devint Ivan.

Mais nous n’étions pas égaux. Les Roms vivaient dans des ghettos. Nous étions des citoyens de seconde zone.

Dans l’un de mes souvenirs d’enfance les plus nets, mon père nous dit, à ma petite sœur et à moi, “l’éducation est la clé du succès.” Il disait : “si vous voulez que les Gadje (non-Roms) vous traitent comme leurs égaux, il vous faut une meilleure éducation que la leur. Ce n’est pas facile. Mais si vous y arrivez, cela changera non seulement votre vie mais également les vies de beaucoup de vos frères.”