Les écoles racistes d’Europe

Je suis ce que beaucoup appellent un Gitan. Je préfère le terme Rom. Nous sommes plus de 10 millions en Europe. La grande majorité d’entre nous vit dans des conditions dignes du Tiers Monde : sans accès à un logement décent, à la santé et à l’éducation.

Je suis né dans une ville provinciale de Bulgarie à la fin des années 1960, à l’époque où, à l’instar du reste de l’Europe de l’Est, le pays était sous la férule des communistes. Le Parti ne reconnaissant pas de minorité ethnique, officiellement nous étions tous égaux. Nous l’étions même tellement que le gouvernement donna à nombre d’entre nous des noms bulgares. Un jour, alors que j’étais un adolescent appelé Husni, mon prénom devint Ivan.

Mais nous n’étions pas égaux. Les Roms vivaient dans des ghettos. Nous étions des citoyens de seconde zone.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Zi1dbUW/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.