0

Un moment décisif pour l’Europe

L’amnésie est-elle une partie intégrante de la politique ? Quand on en vient à la question du Traité destiné à réformer les institutions de l’Union européenne et qui doit être finalisé en novembre, des événements récents suggèrent que l’amnésie joue en effet un rôle prépondérant.

Examinons cette « maladie » qui amène certains dirigeants de l’UE relativement dénués de scrupules à oublier le passé immédiat. Empêtrés dans des affaires de politique interne, ils n’hésitent pas à utiliser l’Europe comme bouc émissaire pour éviter d’avoir à donner de mauvaises nouvelles à leurs concitoyens. Certains manifestent des tendances séparatistes qui inquiètent, ou frustrent leurs électorats. Nulle surprise, donc, à ce que de nombreux citoyens de l’UE refusent, ou du moins hésitent, à embrasser la cause européenne.

Cette forme de racket politique peut permettre de gagner des élections, mais elle sabote toute occasion de vivre ou de percevoir la politique comme un processus pouvant contribuer au développement global.

Prenons le cas de Gordon Brown, le nouveau Premier ministre britannique, pour qui la mondialisation aurait vidé le projet européen de toute signification – une espèce d’autisme politique qui empêchera en fait l’UE de s’adapter aux changements et de trouver des solutions aux défis posés par la mondialisation.