0

Europe : une décennie gâchée

MILAN – « N’avouez jamais un échec. Lorsque vous êtes sur le point de rater votre cible, reportez simplement l’échéance. Tôt ou tard, vous réussirez. » Cette règle simple, largement appliquée en Europe de l’est à l’époque socialiste, est tout aussi populaire chez les bureaucrates de l’Union Européenne à Bruxelles aujourd’hui.

Le 24 mars 2010, ce que tous les observateurs des affaires européennes ont toujours su sera gravé dans la pierre : l’UE n’a pas réussi à atteindre les objectifs de croissance économique, d’efficacité et de modernisation établis il y a dix ans à Lisbonne. Au lieu de devenir « l’économie la plus dynamique du monde », l’UE est à la traine.

Le fossé entre le revenu par habitant de l’Europe des 15 (les membres inscrits avant l’intégration des états principalement post-communistes en 2004) et celui des Etats-Unis – pays de référence le plus couramment utilisé sur bien des sujets – reste inchangé à 30-40%, en fonction de l’ajustement de recherche de la parité de richesse. L’Union Européenne dans sa globalité n’a atteint aucun des 17 objectifs quantitatifs établis dans le cadre de la stratégie de Lisbonne. Et tous les objectifs qualitatifs, ajoutés ultérieurement au processus, n’ont été principalement utilisés que pour nourrir les bureaucraties nationales qui concoctaient les plans dans le cadre de cette soi-disant « méthode ouverte de coordination ».

Plutôt que de rechercher les raisons de cet échec complet, l’UE publie aujourd’hui un document qui plaide pour de nouveaux objectifs ambitieux pour 2020. De belles discussions et des rêves en perspective pour encore une dizaine d’années.