Dean Rohrer

La muse italienne de l’Europe ?

ROME – La contagion de l’euro déclenchée par la crise de la dette souveraine de la Grèce a aujourd’hui gagné l’Italie. Le gouvernement de Silvio Berlusconi, et une opposition préoccupée par le budget, est parvenu à réunir – en seulement quelques jours – un accord parlementaire autour d’un ensemble de mesures pour un montant de plus de 50 milliards d’euros visant à restaurer la confiance des marchés dans la solidité des fondamentaux économiques de l’Italie.

En l’absence d’engagement réel et crédible de l’ensemble de l’UE pour arrêter la contagion, d’autres pays de la zone euro frappés par la crise de la dette souveraine ont suivi le même chemin. Mais le financier George Soros a raison : « L’Europe a besoin d’un ‘plan B’. » (Europe needs a “Plan B.”) La crise majeure qui frappe la zone euro et l’Union Européenne ne doit pas être gâchée. Elle doit servir à faire  progresser l’Europe sur la voie de l’intégration, à moins de se voir régresser.

À sa création, les architectes de l’euro étaient parfaitement conscients qu’aucune union monétaire dans l’histoire n’avait jamais abouti sans le soutien d’une union politique. Les espoirs s’étaient néanmoins raccrochés à l’existence d’un large marché européen et à l’engagement des états membres de la zone euro de garder sous contrôle les déficits budgétaires, la dette publique et l’inflation. Mais plusieurs états membres de la zone euro n’ont pas tenu parole et la crise qui s’est engouffrée dans leur dette souveraine met aujourd’hui en danger la survie de l’ensemble de la zone euro.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/6KxCmGv/fr;