L'Iran et l'irréalisme européen

Dans la crise provoquée par la capture en toute illégalité de 15 marins britanniques, l'attitude indécise et contradictoire de l’Union européenne a aggravé la situation. Face à un pays dont le dirigeant semble vouloir acquérir l'arme nucléaire, craignant d'étendre à la région la violence qui sévit en Irak, les Européens sont hésitants.

Cette affaire, la toute dernière, montre une fois de plus que l'on ne peut faire confiance au président iranien Mahmoud Ahmadinejad. Après leur embuscade maritime, les autorités iraniennes n'ont pas indiqué le lieu précis du kidnapping, alors que les autorités britanniques ont démontré que leur bâtiment se trouvait dans les eaux territoriales irakiennes, ceci dans le cadre des résolutions de l'ONU et avec l'autorisation explicite du gouvernement irakien.

Ahmedinejad veut avoir une monnaie d'échange pour obtenir la libération de six Iraniens qui aidaient les insurgés en Irak avant qu'ils ne soient capturés par les Américains. La réticence des Européens à adopter le langage de fermeté des Américains ne fait que l'enhardir. Il constate la division de la communauté internationale et comme son homologue nord-coréen Kim Jong-il, lui aussi un paria, il ne manque pas une occasion d'en profiter.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/zuwkauW/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.