Le Pari historique de l’Europe

BERKELEY – Sur les onze ans de vie de l’euro, ces dernières semaines représentent une période des plus intéressantes, une période capitale. Tout a commencé avec la crise grecque, suivie du rachat de la Grèce. Lorsque la crise s’est étendue au Portugal et à l’Espagne, il y a eu le fameux plan de sauvetage de mille milliards de dollars. Finalement, il y a cet achat sans précédent d’obligations espagnoles, portugaises, grecques et irlandaises par la Banque centrale européenne. Un mois plus tôt, tout ceci aurait été inimaginable.

Cette quinzaine mirabilis en Europe a aussi été l’occasion de prédictions stupéfiantes – par surcroît erronées. La Grèce serait chassée de l’union monétaire. La zone euro serait divisée en deux unions européennes (une au Nord et une au Sud). L’euro – voire l’ensemble de l’Union européenne – se désintègrerait puisque l’Allemagne lui tournerait le dos.

Au lieu de coucher leurs cartes, les responsables européens ont néanmoins doublé la mise. Ils sont conscients du prix exorbitant à payer si leur pari s’avère erroné. Ils savent que leur carrière politique dépend de leur incroyable pari. Ils ont aussi très bien compris qu’il y avait trop de jetons dans le pot pour se coucher.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Y3Foxdr/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.