Les mauvais élèves de l'Europe

Aux États-Unis, les états qui poursuivent des politiques fiscales peu judicieuses sont pénalisés. Leurs obligations se vendent au rabais comparées à celles d'autres états mieux gérés. Le service de la dette plus élevé qu'ils doivent payer sert, à un certain degré, de mesure disciplinaire contre la tentation de dépenser aujourd'hui et de payer plus tard.

Naturellement, la discipline du marché n'est pas parfaite : le marché obligataire ne “voit” pas vraiment les passifs futurs implicites (comme les paiements promis des retraites). Cependant, l'application de cette discipline fiscale, associée aux processus budgétaires internes de chaque état, a empêché la survenue de crise fiscale de grande ampleur aux États-unis depuis la Grande Dépression.

Considérons le cas de l'Europe. Avant l'avènement de l'euro, de nombreux États d'Europe du sud subissaient des crises fiscales, produisant des vagues inflationnistes élevées. Mais avec la mise en place de la monnaie unique, le chemin permettant de résoudre une crise fiscale par l'inflation a été fermé, depuis que la Banque Centrale Européenne (BCE) surveille la politique monétaire.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/fyiJ611/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.