0

Les démagogues à la mode de l'Europe

Le conservatisme s'étend dans l'Europe et jouera assurément un rôle important dans les élections allemandes et suédoises dans l'avenir trés proche. Mais c'est quelle sorte de conservatisme sur la marche? Pendant que les représentants des parties conservatrices européennes recueillent à Oxford ce a la fin de la semaine pour discuter leurs idées, l'historien remarquable Felipe Fernández-Armesto disséque la force moulant une ombre au-dessus de la droite européene.

Le monde a besoin d'une Europe engagée sur le plan international, généreuse envers ses anciennes colonies et prête à absorber sa part de migrants et de réfugiés. Mais dans l'Europe d'aujourd'hui, les programmes électoraux à succès mentionnent tous la fermeture à l'immigration (surtout l'immigration noire pauvre), l'abandon du multiculturalisme en faveur de « l'intégration culturelle », la restriction de l'accès aux prestations sociales, la fin tout progrès ou même la marche arrière sur la question de l'unification européenne, et le déversement de policiers dans les rues.

Tout cela ressemble fort au revanchisme classique de la Droite à l'intérieur ou aux côtés de laquelle on retrouve une nouvelle sorte de populisme, inclassable en termes traditionnels.

En France, en Italie, aux Pays-Bas, au Danemark et en Autriche, les programme de la Droite ont redessiné les élections nationales et parfois aidé de nouveaux partis à accéder au pouvoir. Ce phénomène s'étend à l'Allemagne et à la Belgique grâce aux législations régionales ou l'influence des partis traditionnels. Et même en Espagne et en Grande-Bretagne, où il existe peu de candidats d'extrême-droite ayant réussi à se faire élire : les gouvernements tentent de les contrecarrer en s'appropriant leurs politiques et leurs rhétoriques.