Un coin de l’Europe au désespoir

CHISINAU  Trois niveaux du parlement moldave sont en ruine, calcinés. En Moldavie, république de l’ex-URSS devenue le pays le plus pauvre d’Europe, la démocratie a subi le même sort. Sur les 3,5 millions d’habitants à l'époque de l’indépendance, 15 % ont déjà quitté le pays à la recherche d’une vie meilleure sur d’autres terres ; et plus de 63 % des jeunes déclarent vouloir partir.

Début avril, la victoire controversée aux législatives du parti communiste à la tête du pays a déclenché une manifestation. Des membres de l’opposition et des rebelles, jeunes sans perspective d’avenir pour la plupart, sont descendus dans la rue. Une minorité violente a fait irruption dans le palais présidentiel et le parlement a été mis à feu.

Pour toute réponse, les communistes ont imputé la violence aux membres de l’opposition surnommés « fascistes » et à la Roumanie et ses irrédentistes vivant en Moldavie. La police s’en est pris aux jeunes et en a placé une centaine en détention. Plusieurs sont, semble-t-il, morts de coups. Le président Vladimir Voronine a par la suite amnistié les détenus. Il en reste néanmoins beaucoup en prison et Voronine continue d'accuser l’opposition et la Roumanie d’avoir fomenté un coup d’état. Des poursuites judiciaires ont été entamées.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/v9RN1N6/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.