0

L'Europe et la paix au Soudan

WASHINGTON  – Le Soudan se trouve à la croisée des chemins, avec d'un coté la paix et de l'autre la guerre - une guerre qui pourrait déchirer tout le pays et serait sans doute la plus meurtrière de 2011. Le 9 janvier, le référendum sur l'indépendance du Soudan du Sud va probablement diviser le pays. Le Sud obtiendra sans doute la liberté pour laquelle il combat depuis longtemps ; il disposera alors de la plus grande partie des réserves pétrolières du Soudan.

Il n'est donc pas étonnant qu'à l'approche de ce moment historique les obstacles soient nombreux. Le parti au pouvoir, le NCP (Congrès national), va sans doute contester le résultat du référendum. Les négociations cruciales entre le NCP qui représente le Nord et le Mouvement de libération du peuple soudanais qui représente le Sud sont au point mort. Les forces armées soudanaises ont bombardé des zones situées le long de la frontière Nord-Sud. Les droits humains sont bafoués au Darfour où la situation est critique pour la population, tandis que le processus de paix n'a guère progressé.

Il faut considérer tout cela dans le contexte du long passé de non-respect des accords et de violations des droits humains par le NCP. Depuis plus de 20 ans la guerre que mène le gouvernement soudanais contre le Sud a coûté la vie à plus de deux millions de personnes. Il est responsable d'un génocide, ainsi que d'autres atrocités au Darfour au cours desquels quelques 400 000 personnes ont perdu la vie. Le NCP a pour habitude de diviser pour régner et de manipuler les groupes pour parvenir à ses fins et il ignore régulièrement ses engagements.

Les problèmes qui se poseront après le référendum pourraient relancer la guerre Nord-Sud. Pour pousser à ce moment là à des négociations, les USA ont présenté une série de mesures incitant les parties en présence à choisir la voie de la paix et ils se sont engagés à prendre des sanctions sévères si elles optaient pour la violence. Par contre l'engagement de la plupart des pays européens et de l'UE est bien plus timide. Il pourrait néanmoins intervenir dans le calcul des parties et faire pencher la balance du coté de la paix.