Mark Weber

L’oasis européen

PARIS – Se pourrait-il que les non-Européens soient nettement moins pessimistes à l’égard de l’Europe que les Européens eux-mêmes ? La distance serait-elle une condition préalable à la formulation d’un point de vue plus équilibré quant à la difficile situation du continent ?

Dans une entrevue accordée il y a quelques mois, le président de la China Construction Bank, Wang Hongzhang, a indirectement exprimé un enthousiasme tempéré vis-à-vis de l’Europe. Et, citant un proverbe chinois, « Un chameau affamé est toujours plus grand qu’un cheval, » de poursuivre en affirmant que les économies européennes seraient bien plus solides que ne le pensent bon nombre d’observateurs. Il a même sous-entendu, sans en faire part aussi explicitement, que la période était propice à investir significativement en Europe à un prix juste.

Bien évidemment, tout le monde ne partage pas cette vision optimiste. De l’autre côté de la Manche, les eurosceptiques britanniques se réjouissent d’avoir gardé leurs distances avec ce véritable « navire en perdition. » Pourtant, bien que le journal The Economist ait récemment décrit la France comme étant « dans le déni, » on pourrait en dire de même du Royaume-Uni. Certes, les Français n’ont connu ni Jeux Olympiques ni célébration royale cette année ; pour autant, s’agissant de l’état de leur économie, les deux pays sont largement dans le même bateau.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/eCHfN0a/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.