Tim Brinton

Le tour de passe-passe du Pacte de compétitivité européen

BRUXELLES – Le récent sommet de l'UE  a donné une curieuse impression de déjà vu aux  observateurs avertis. Il y a un peu plus de 10 ans, les dirigeants européens avaient annoncé en grande pompe l'adoption de la "Stratégie de Lisbonne", un projet qui devait faire de l'Europe "l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde". Lors du dernier sommet européen, la France et l'Allemagne ont proposé un Pacte de compétitivité qui n'a pas les mêmes prétentions planétaires, mais qui est supposé être indispensable à la survie de l'euro.

Si ce n'est une incitation camouflée à l'égard des autres pays de l'UE pour qu'ils augmentent l'impôt sur les sociétés au niveau de ce qu'il est en France ou en Allemagne, ce pacte paraît raisonnable. Elever à 67 ans l'âge du départ à la retraite, supprimer l'indexation des salaires et exiger des pays de l'UE qu'ils fixent constitutionnellement une limite au déficit public sont des mesures de bon sens pour renforcer la compétitivité et restaurer la confiance dans l'euro.

Malheureusement les chefs de gouvernement européens n'ont apparemment pas tiré les leçons de l'échec de la Stratégie de Lisbonne, aussi le Pacte de compétitivité semble condamner à l'échec,  ceci pour deux raisons.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/r7t1Thf/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.