La calamité européenne

C’est arrivé. Après le rejet du traité constitutionnel européen par la France et les Pays-Bas, le “non” de l’Irlande est le deuxième coup, sans doute décisif, asséné aux dépens d’une Europe unie et forte.

Le 12 juin 2008 devra être commémoré comme le jour qui a fait l’histoire de l’Europe. Quelles que soient les mesures de sauvetage désespérées qui seront entreprises, elles ne pourront occulter le fait que l’Union européenne, en tant qu’acteur sérieux de la politique étrangère, a quitté la scène internationale pour dix ans au moins (sinon davantage).

Cet événement a lieu alors que les problèmes des Balkans restent sans solution, que l’Amérique connaît un relatif déclin, que la Russie reprend des forces, que la politique intérieure de la Turquie prend un mauvais tournant, que le Proche-orient, voisin direct de l’UE, menace d’exploser, et que la vitesse de l’émergence de la Chine et de l’Inde s’apprête à définir l’économie mondiale et la politique de demain.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/w3RBASK/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.