Europe : la solution des 4%

WASHINGTON – L’Europe traverse un épisode capital parce que la situation de la zone euro et de l’Union Européenne pourrait dégénérer, en dépit d’avancées importantes vers une union bancaire et une recapitalisation directe des banques espagnoles réalisées en juin lors de la réunion des dirigeants de la zone euro. La mise en place des réformes proposées tarde à se faire ; l’Allemagne pourrait opposer des recours juridiques au Mécanisme Européen de Stabilité ; et les Pays-Bas et la Finlande semblent faire marche arrière sur certains points de cet accord.

Il restera toujours un certain degré de coopération intra-européenne, même dans le pire des scénarios. Mais on voit mal comment l’Union Européenne telle que nous la connaissons pourrait survivre à une désintégration, ne serait-ce que partielle, de la zone euro.

Ceux qui prétendent que certains pays dans la périphérie de la zone euro devraient prendre des « vacances » de l’euro sous-estiment à la fois les répercussions politiques et économiques d’une telle démarche. Si deux ou trois pays devaient quitter l’Union, la sensation d’échec, la perte de confiance, et l’impact sur les populations, auraient des répercussions sur l’ensemble de la zone.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/ofbIV3V/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.