4

Réfugiés : l'Europe doit se souvenir !

BARCELONE – Lors de la Première Guerre mondiale, chassés de leur pays ou déportés par les forces ennemies, des millions d'Européens sont devenus des réfugiés. C'est ce qui a donné naissance par la suite à un accord international pour parvenir à une réaction efficace destinée à diminuer la souffrance des personnes déracinées. Un siècle plus tard, une nouvelle crise des réfugiés est en cours, et cette fois-ci c'est l'Europe qui est en position de fournir un asile à toutes ces personnes désespérées. Pourtant jusqu'à présent elle ne répond pas à l'urgence de la situation ; elle ne se montre pas à la hauteur.

Depuis le début de l'année, plus de 38 000 personnes ont tenté de rejoindre l'Europe en traversant la Méditerranée depuis l'Afrique du Nord. Quelques 18 000 d'entre elles ont perdu la vie au cours de la traversée, soit plus du double du nombre de décés enregistrés au cours de toute l'année dernière.

Malheureusement, oubliant que cette crise ressemble à celle subie par leur continent il a un siècle, beaucoup d'Européens s'opposent à ce que leurs pays respectifs acceptent davantage de réfugiés.

Pire encore, certains d'entre eux nous veulent amnésiques. Les partis populistes qui se prétendent les gardiens de l'identité nationale alimentent l'oubli. L'Europe, disent-ils, est confrontée à une arrivée en masse de réfugiés qui va aggraver la situation économique et le chômage, et qui menace notre culture. Il n'est pas nécessaire de regarder 100 ans en arrière pour comprendre combien cette rhétorique est dangereuse.