eichengreen126_Dursun AydemirAnadolu AgencyGetty Images_iran eu Dursun Aydemir/Anadolu Agency/Getty Images

Comment l'Europe peut faire du commerce avec l'Iran et éviter les sanctions des États-Unis

BERKELEY – Le retrait unilatéral du président américain Donald Trump de l'Accord nucléaire de l'Iran de 2015 - officiellement connu sous le nom de Plan d'action global commun - a mis l'Europe dans une impasse. Ses gouvernements restent attachés à un engagement économique avec l'Iran comme un moyen d'encourager le respect du Plan d'action global commun (PAGC), qui consiste à fournir non seulement une aide humanitaire, mais également d'autres produits. Les entreprises qui fournissent ces exportations risquent cependant de subir des sanctions de la part de l'administration Trump.

Pour la même raison, les banques européennes hésitent à fournir des euros pour financer le commerce avec l'Iran. Les banques américaines, quant à elles, n'ont pas le droit de fournir des dollars. Collectivement ces obstacles constituent une barrière formidable à l'engagement recherché.

En réponse, la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni, les trois signataires européens de l'accord nucléaire, ont mis en place un mécanisme pour faire du commerce avec l'Iran, indépendant des États-Unis. Ce mécanisme, l'Instrument de soutien des échanges commerciaux, ou Instex, est enregistré en France et relève d'un conseil de surveillance de diplomates des trois pays.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/L9Q0M6ofr