44

Les nouvelles « nations indispensables » de l’Europe

BERLIN – Après les chocs de 2016 qu’ont été le référendum au Royaume-Uni sur le Brexit et l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis, la nouvelle année sera décisive pour l’Europe. Les prochaines élections législatives et présidentielles en France, Allemagne, aux Pays-Bas et éventuellement en Italie détermineront si l’Union européenne maintiendra sa cohésion ou si elle se désintégrera sous l’assaut de la vague néo-nationaliste qui balaye l’Occident.

Dans le même temps, les négociations sur le Brexit commenceront véritablement, ce qui donnera un aperçu des futures relations entre l’Union européenne et le Royaume-Uni. Et il est possible que l’on se souvienne un jour de l’investiture de Trump le 20 janvier prochain comme un tournant décisif pour l’Europe.

Compte tenu des remarques passées de Trump sur l’Europe et ses relations avec les États-Unis, l’UE doit s’attendre à de sérieuses mauvaises surprises. Le prochain président américain, un représentant de ce nouveau nationalisme, ne croit pas en l’intégration européenne.

Il a à cet égard un allié en la personne du président russe Vladimir Poutine qui cherche depuis longtemps de déstabiliser l’UE en soutenant des forces et des mouvements nationalistes dans les États membres de l’Union. Si l’administration Trump soutient ou ferme les yeux sur ces tentatives, l’UE – coincée entre les trolls russes et Breitbart News – devra se préparer à des moments vraiment difficiles.