borrell13

L'Europe doit devenir le partenaire de choix de l'Afrique

BRUXELLES – Après avoir été reporté à plusieurs reprises en raison de la pandémie de COVID-19, le sommet Union européenne-Union africaine réunira ce mois-ci à Bruxelles (17-18 février) les chefs d'État et de gouvernement africains et européens pour la première fois depuis 2017. L'objectif de l'UE est de devenir le partenaire de choix de l'Afrique, un objectif fixé par la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen lors de notre première visite au siège de l'Union Africaine à Addis-Abeba il y a deux ans.

Que faut-il que nous fassions pour atteindre cet objectif ambitieux ? Tout d'abord, nous devons aborder ce partenariat UE-UA avec modestie. L'Afrique est un continent aussi grand que les États-Unis, le Mexique, la Chine, le Japon, l'Inde et une grande partie de l'Europe réunis. Avec 54 pays, quelque 2 000 langues, et un éventail diversifié tant d'opportunités que de problèmes, le continent ne peut être traité comme une entité homogène.

Deuxièmement, nous devons être réalistes. Entre afro-pessimisme et afro-optimisme, je prône l'afro-réalisme. Avant de parler de croissance économique et de relations commerciales, l'Europe doit montrer qu'elle peut contribuer à développer la paix, à la sécurité et à la bonne gouvernance dans les pays africains. Avant de parler de dividende démographique, il nous faut prendre conscience de l'ampleur des difficultés qu'une croissance démographique incontrôlée peut créer dans les sociétés. D'ici 2030, 30 millions de jeunes arriveront chaque année sur le marché du travail africain. Pour générer des emplois durables pour eux, l'éducation de base doit devenir une priorité absolue.

To continue reading, register now.

Subscribe now for unlimited access to everything PS has to offer.

Subscribe

As a registered user, you can enjoy more PS content every month – for free.

Register

https://prosyn.org/OXIGRsYfr