0

L’Europe, l’Amérique et le roulement de tambour de la guerre contre l’Iran

Les discussions sur la guerre au Proche-Orient mettent une fois de plus la capitale américaine en émoi. Elles ne portent pas seulement sur la dernière « stratégie de victoire » en Irak, mais également sur une action militaire contre l’Iran. Plus on peine à distinguer une quelconque forme de rationalité dans les actions du gouvernement Bush, plus la rumeur grandit.

Bush va-t-il lancer des attaques aériennes et envoyer ses forces spéciales en Iran?

Depuis son discours annuel à la fin janvier, il ne s’est presque pas passé un jour sans l’annonce d’une nouvelle en rapport avec l’Iran, ni sans que le gouvernement américain n’intensifie son discours. Il est évident que les Etats-Unis se préparent à un assaut aérien – il serait difficile d’envisager une mobilisation militaire de plus grande envergure, les forces terrestres étant déjà excessivement déployées.

En effet, la confrontation avec les Iraniens en Irak paraît de plus en plus évidente, et l’on rassemble ses forces partout ailleurs. Une bombe visant la garde révolutionnaire iranienne a récemment explosé à la frontière entre l’Iran et l’Afghanistan. Et les Etats-Unis s’efforcent bien entendu de trouver les « preuves » d’une menace iranienne pouvant justifier une attaque.