sihlobo2_Jonas GratzerLightRocket via Getty Images_gmocorn Jonas Gratzer/LightRocket via Getty Images

Une nouvelle chance pour les cultures génétiquement modifiées

PRETORIA – L'Union européenne réexamine actuellement sa règlementation sur les organismes génétiquement modifiés (OGM), dans l'optique d'un assouplissement sur les restrictions sur les cultures génétiquement modifiées (CGM). Cette démarche est la bienvenue : les pays africains doivent envisager de l'imiter.

L'agriculture mondiale comporte moins de sujets controversés. Un grand nombre de gens s'inquiètent que les cultures GM aient des répercussions néfastes sur l'environnement et sur la santé, par le fait qu'elles risquent de nuire à la souveraineté alimentaire. Les quelques entreprises qui fabriquent les semences peuvent acquérir un pouvoir excessif sur la production agricole mondiale – et sur les agriculteurs qui la produisent. C'est à cause de ces craintes que l'UE et la plupart des pays africains restreignent actuellement la culture des CGM.

Pourtant de nombreux pays – dont l'Argentine, l'Australie, la Bolivie, le Brésil, le Chili, la Colombie, les États-Unis, l'Uruguay, le Paraguay et mon pays, l'Afrique du Sud – ont adopté les CGM. Ces pays souscrivent généralement à l'idée selon laquelle la modification génomique dans les cultures est sûre, parce qu'elle ne fait qu'accélérer les processus naturels.

To continue reading, register now.

As a registered user, you can enjoy more PS content every month – for free.

Register

or

Subscribe now for unlimited access to everything PS has to offer.

https://prosyn.org/JrpOUu3fr