0

Un nouveau climat de peur en Ethiopie

Vienne – L’Union Européenne, les Etats-Unis et un certain nombre d’autres donateurs importants injecteront près de 2,5 milliards de dollars en Ethiopie cette année, un montant qui n’inclut même pas le coût des médicaments, de la lutte contre la famine et des innombrables services apportés par les associations à l’un des pays les plus pauvres du monde.

Cette aide est nécessaire car les Ethiopiens sont confrontés à la malnutrition, aux maladies et aux calamités naturelles. Le pays est dans l’incapacité de subvenir aux besoins en nourriture d’une population croissante. L’Ethiopie est dans un état tellement désespéré que les causes soutenues par les célébrités – les concerts Live Aid contre la famine de Bob Geldoff ou l’adoption de bébés orphelins par Angelina Jolie et Brad Pitt – suppléent à ce que les donateurs ne peuvent apporter.

Mais toute cette générosité ne parvient pas à masquer le fait que c’est un gouvernement autoritaire qui dirige l’Ethiopie en toute impunité. Le Premier Ministre Meles Zenawi, au pouvoir depuis 18 ans, a écrasé l’opposition. Son parti contrôle toutes les institutions publiques. Et comme si cela ne suffisait pas, les comparses du Premier Ministre maîtrisent les médias audiovisuels et musellent les autres dans ce vaste pays principalement rural.

Il y a quatre ans ce mois-ci, le Front Démocratique Révolutionnaire du Peuple Ethiopien de Zenawi (FDRPE) subissait sa pire défaite électorale depuis 1991, quand la guérilla renversait le régime impitoyable soutenu par les Russes. Plutôt que d’accepter sa défaite, le gouvernement FDRPE a répondu par la force, clamant impunément sa victoire et accusant l’opposition d’avoir fomenté une insurrection.