Obama et l’Ethique

TUBINGEN – On dit partout que la crise financière mondiale était impossible à prévoir… par des spécialistes de la finance et de l’économie peut-être, mais ceux qui observaient l’évolution des marchés, souvent avec consternation, étaient plus qu’inquiets.

Dès 1997, dans mon livre A Global Ethic for Global Politics and Global Economics, j’appréhendais une répétition de l’effondrement économique de 1929-1933: “La moindre allusion, émanant par exemple, début décembre 1996, d’Allan Greenspan, le président de la Réserve fédérale américaine, au fait que la surévaluation des marchés financiers était due à une “exubérance irrationnelle,” a suffi à retourner comme des crêpes les fébriles investisseurs opérant sur les bourses culminantes d’Asie, d’Europe et des Etats-Unis et à provoquer des ventes paniques. Cela invalide aussi l’idée que les dérèglements, dans un contexte de globalisation, finissent par se corriger. Ils ne font peut-être que s’aggraver.”

A l’époque, j’avançais déjà ce que les économistes appellent une hérésie: la pertinence de la théorie du chaos dans le domaine de l’économie; la naissance des effets les plus dévastateurs à partir des causes les plus infimes. Une “répétition de la crise de 1929-1933 et l’effondrement de l’ordre économique mondial” n’étaient en aucun cas des éventualités à exclure.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/EUQjAUA/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.