2

Éradication de la poliomyélite : un point charnière pour le Pakistan

ISLAMABAD – Début février, la campagne d’éradication de la polio au Pakistan a connu un nouvel épisode tragique avec l’assassinat de deux agents de vaccination et du policier qui accompagnait l’équipe. Ces derniers meurtres au Pakistan ont été suivis du meurtre de neuf agents de santé au Nigeria et précédés de l’attentat qui a tué neuf autres travailleurs de la santé pakistanais en décembre dernier et du meurtre, le jour du Nouvel An, d’agents du développement travaillant dans le secteur de la santé. Que ces travailleurs courageux continuent à être ciblés constitue un sérieux défi pour les communautés de la santé de ces pays et leur ambition collective à inoculer à chaque enfant un vaccin qui lui sauve la vie.

Dans le cas du Pakistan, le côté ironique de la situation est que l’éradication de la polio est un succès, avec seulement 58 cas en 2012 contre 197 en 2011. Malgré les récentes difficultés, les autorités pakistanaises ont à nouveau envoyé des équipes de vaccination sur le terrain dans 28 districts, où 12 millions d’enfants attendent d’être vaccinés. Le soutien massif de l’opinion publique à ces efforts d’éradication de la polio a été reflété par une résolution du Parlement et le Conseil des oulémas, un groupe de religieux influents, a également appuyé cette campagne.

Le dernier rapport du Comité de suivi indépendant de l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite, publié en novembre 2012, a souligné les récents progrès du Pakistan – contrastant nettement avec les perspectives plutôt sombres du rapport précédent. Mais il est essentiel que les prochaines élections dans ce pays ne remettent pas en cause les gains récents, en particulier durant la saison où le risque de transmission du virus est faible et qui se prête le mieux à une éradication définitive de la maladie. Pour qu’elle réussisse, toutes les factions politiques doivent continuer à soutenir la campagne d’éradication.

En effet, malgré les progrès enregistrés en 2012, il n’a pas été possible de bloquer entièrement la progression du poliovirus au Pakistan, principalement à cause de blocages dans la mise en œuvre et la gestion du programme de vaccination. Ces problèmes doivent être résolus par le biais d’une gouvernance plus stricte à tous les niveaux, en particulier en raison de la sérieuse érosion de l’autorité de l’État dans un quart environ du pays, où différents facteurs complexes, liés à l’appartenance ethnique et à des raisons politiques et religieuses, ont induit une profonde méfiance envers le gouvernement central et l'effondrement général de l'ordre public.