Dark clouds over sea Stewart Baird/Flickr

Les frontières de notre planète et la prospérité humaine

STOCKHOLM – Le futur de l'humanité va dépendre de la réussite d'un numéro d'équilibriste. Ce défi va consister à subvenir aux besoins de plus de 10 milliards de personnes tout en préservant les systèmes planétaires dont dépend notre existence. Les dernières découvertes scientifiques nous désignent comme la génération qui est censée trouver cet équilibre. Voilà quelle lourde tâche nous incombe.

Mettre fin à la pauvreté est devenu un objectif réaliste pour la première fois dans l'histoire de l'humanité. Nous avons la capacité de faire en sorte que chaque personne sur la planète dispose de suffisamment de nourriture, d'eau, de logement, d'éducation, de services de santé et d'énergie nécessaires pour vivre sa vie dignement et pour la réussir. Mais nous ne serons en mesure d'y parvenir qu'à condition de protéger en même temps les systèmes terrestres fondamentaux : le climat, la couche d'ozone, les sols, la biodiversité, l'eau potable, les océans, les forêts et l'air. Et ces systèmes subissent une pression sans précédent.

Depuis les 10 000 dernières années, le climat de la Terre a été remarquablement stable. Les températures mondiales ont augmenté et diminué d'à peine plus d'un degré Celsius (par rapport à des sautes de plus de huit degrés Celsius au cours du dernier âge glaciaire) et la résilience des écosystèmes répondaient alors aux besoins de l'humanité. Cette période connue sous le nom de l'Holocène, a fourni la stabilité qui a permis à la civilisation humaine d'émerger et de prospérer. Il est le seul état de la planète capable, selon les connaissances actuelles, de fournir une vie prospère à dix milliards de personnes.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/DgzXkPs/fr;